MARIE-CLAUDE PANCHAUD
Thérapeute Complémentaire
Avec diplôme fédéral


SANTÉ ET MÉDECINE ORIENTALE

Le terme oriental "Ki" ou  "Qi" est souvent traduit par "énergie vitale", "force vitale".

Le concept du Ki, en occident, est difficile à saisir. Le terme d’énergie chez nous est lié à l’idée de force et puissance, ou encore au résultat d’une activité mécanique ou électrique.

Pour les orientaux, le terme de Ki inclut une notion de vie, un élan vital : une graine, par exemple, contient une force de vie active, que n’engendrera jamais une énergie électrique. Dans la philosophie orientale, on considère que toute chose ou phénomène dans la nature naît de l’agrégation  ou de la condensation du Ki et meurt de sa dispersion. Il se manifeste donc soit sous forme de matière (forme) soit comme énergie (sans forme, par ex : la volonté, l’esprit, l’intention...)

En Médecine Chinoise le Ki est l’aspect invisible et indispensable de tout le vivant et représente la force vitale qui permet le mouvement, le dynamisme. Cette énergie se manifeste simultanément sur le plan physique, mental et spirituel.

LES MÉRIDIENS

Les méridiens sont les canaux que le Ki emprunte pour circuler. Ils relient les organes entre eux dans l’ensemble du corps, la surface avec l’intérieur, la gauche et la droite, le haut et le bas. Ils animent, par exemple, le sang et les liquides organiques. Ainsi, les pressions du shiatsu vont influencer la circulation sanguine et lymphatique. Elles vont également agir sur l’énergie de tel ou tel méridien, sur les organes, les chaines musculaires, etc...

LA MÉDECINE ORIENTALE

La santé, selon la médecine orientale inclut, en plus du bon fonctionnement physiologique du corps, une notion de bien-être, d’harmonie avec son environnement, la capacité d’être centré et de s’adapter quotidiennement à son milieu.

 Cette définition correspond totalement à celle de l’OMS :

"La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social,
et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité."

Le Ki, lorsqu’il circule librement permet  "la santé". Lorsqu’il stagne, il peut devenir "maladie".

Un coup, par exemple, peut provoquer un hématome sur une partie du corps. Le sang stagne à cet endroit et ralentit, ou entrave la circulation de l’énergie.

Les articulations, également, de par leur complexité, sont des endroits où apparaissent facilement des stagnations.

Mais un blocage peut être souvent, aussi, la conséquence d'un stress émotionnel qui provoque des tensions, des crispations à certains endroits du corps.

Du point de vue des médecines orientales, notamment de la Médecine Traditionnelle Chinoise, l’être humain est toujours considéré dans sa globalité et influencé par son environnement. On considère que le climat, la température, l’ensoleillement, le déroulement des saisons, influencent toutes choses vivantes et donc l’homme.  L’alimentation, la respiration, les conditions de vie moderne, ont bien sûr également une grande influence sur l’équilibre énergétique.

Globalement, dans cette perspective, la santé de chacun dépend de sa faculté d’adaptation à son environnement physique, psychique et spirituel. Une mauvaise alimentation constante, des conditions de travail stressantes qui durent, par exemple, affaiblissent l’être humain et sont susceptibles de créer un déséquilibre dans le flux énergétique.

En shiatsu, comme en médecine orientale, chaque individu est soigné selon son propre déséquilibre et non en fonction de sa maladie : c’est le patient qui est soigné et non l’affection. Le shiatsu soutient l’énergie vitale du patient, jusqu’à ce que le mouvement du Ki retrouve son équilibre naturel.

En prévention, le shiatsu est utile, par exemple aux changements de saison, à certaines époques de la vie, lors des transformations naturelles de l’organisme, ou au moment d’épreuves psychoaffectives.

Last modified : 10.05.2013 18:00:00

Marie-Claude Panchaud

Av. de Crédeiles 1
1800 Vevey

Impasse des Noisetiers 1
1617 Remaufens

Mobile : 079 355 18 58